Le kinésithérapeute

Son intervention a un double rôle : l’entretien du potentiel existant et le confort pour diminuer les douleurs, la raideur, conserver une bonne capacité respiratoire. Confort et entretien de l’existant sont au cœur de la pratique de cet acteur du soin :
Trois séances par semaine représentent une bonne prise en charge, devant être débutée tôt après la pose du diagnostic, en effet l'intervention du kinésithérapeute n’apportera pas de modification à l’évolution : ce qui est perdu ne se récupérera pas.
  • La kinésithérapie se pratiquera le sujet étant assis au fauteuil (le soin au lit étant réservé à des cas extrêmes) et la durée de l’intervention est habituellement d’une demi-heure effective.
  • La technique appliquée doit être adaptée à la pathologie et à votre état, votre kiné a assisté à des séances de formation spécifiques à votre prise en charge. Les techniques retenues seront à visées relaxantes, avec massages, étirements et mobilisation sans contrainte, pour entretenir la souplesse en dehors de toute fatigue.
  • Toute technique conduisant à des mobilisations douloureuses, sollicitant durement les muscles et les articulations sont aggravantes.
  • On n’est pas dans le cadre d’une récupération musculaire suite à un traumatisme, une chirurgie, ce qui bannit tout usage de stimulations par appareillages électriques.
  • Une des préoccupations majeures de votre kiné sera d’apporter du bien être, de faciliter la verticalisation, qui élimine les compressions abdominales et celles du diaphragme.
  • Il fera appel aux massages avec ou sans utilisation d’un apport externe de chaleur, ce qui permet néanmoins une meilleure détente des muscles et libère des contractures.
  • Il pratiquera des étirements doux et progressifs.
  • Il conseillera la balnéothérapie, très reposante et très appréciée.
Il est important de se méfier des techniques non validées dans cette pathologie pouvant conduire à une aggravation.


Pour corriger plus spécifiquement les difficultés à la toux, dues à une faiblesse d’expectoration avec encombrement bronchique à l’origine de possibles infections, votre kiné appliquera une technique particulière pour désencombrer. Il aura au préalable apprécié le degré de déficience.

Ces techniques manuelles ou grâce à des appareils (voir la toux) ont pour objectif de recréer les divers temps du déroulement de l’acte de toux : celui-ci débute toujours par une forte inspiration gonflant le thorax, suivie d’une expulsion brutale de l’air et des mucosités. Cette toux assistée permettra d’évacuer les secrétions bronchiques. Les changements de position, les mobilisations, les déplacements favorisent ces drainages.