Monter un escalier

On a vu les limites du fauteuil pour exercer ce type de déplacements. Il faut alors avoir recours à d’autres systèmes. (Voir également la fiche "Monte escalier" et l'article concernant le fauteil "Top Chair S") Une expertise de votre habitat par un architecte et  un ergothérapeute travaillant en complémentarité, permettra de vous conseiller sur les différentes adaptations et matériels susceptibles de vous permettre de monter vos escaliers en sachant que toute possibilité d’installation de la chambre et sanitaire au rez-de-chaussée sera toujours à préférer.

Ces matériels sont d’abord de disposer de rampes fiables :
Ce peut être la mise en place d’un monte escalier (il y a divers appareillages plus ou moins adaptables à la configuration de l’escalier et sa largeur ). Ce peut être la mise en place d’un fauteuil asservi à un rail permettant de monter  ou descendre. Cela dépend de la configuration de l’escalier et nécessite un transfert en haut et en bas. L’avis d’un spécialiste qui connaît son matériel et les normes de sécurité  est indispensable
Il peut s’agir d’un élévateur suspendu permettant des déplacements limités à la chambre et la salle de bains et WC. Dans ce cas un rail est posé au plafond et le patient est soulevé grâce à un filet et des courroies de la même manière qu’avec le lève-malade portatif
Il peut s’agir d’une plate-forme élévatrice, d’un ascenseur bien entendu.
Dans ce denier cas, selon que vous êtes propriétaire ou locataire des démarches spécifiques s’imposent :
  • Vous êtes propriétaire de votre appartement en copropriété :
Une expertise des possibilités d’implantation d’un système type plate-forme élévatrice ou ascenseur sera nécessaire par un architecte.. Dans ce cas il faudra se rapprocher du syndic de copropriété pour obtenir l’accord des copropriétaires intégrant la certitude que l’implantation ne fragilisera aucunement le bâtiment ou sera acceptée dans le cas où  l’ascenseur est extérieur, donc avec modification d’une façade.
  • Vous êtes propriétaire en villa :
Le cas est plus simple sauf si l’aspect extérieur risque d’être modifié et si celui-ci est réglementé
  • Vous êtes locataire :
L’accord du propriétaire ou de l’organisme loueur est nécessaire
Dans tous les cas : en ce qui concerne les frais à engager, une demande d’aide peut être faite auprès des MDPH Les réponses sont longues à venir et souvent la somme attribuée est faible On peut solliciter son assurance, le conseil général pour compléter l’attribution. Pour en savoir plus, consultez la rubrique "Logement" du site...
Si la création d’un plan incliné pour les déplacements est nécessaire il doit être procédé à une demande d’autorisation des copropriétaires auprès du syndic ou auprès de l’office de location
On observe souvent une réticence des copropriétaires traduisant un manque de civisme souvent manifeste !
S’il s’agit d’une location en HLM OPAC ou autre et si le logement ne permet pas une vie à adapter avec le vécu du handicap, une demande de changement de logement peut être formulée auprès des gestionnaires de ces institutions. Les demandes sont nombreuses et les résultats incertains.